Guide Complet : Comment et Pourquoi Contourner HADOPI

Le mot Hadopi recouvre une réalité duelle : il s’agit soit de la Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet ou soit, de la loi qui porte sa création.

Selon fr.m.wikipedia.org/wiki/Loi_Création_et_Internet, cette loi « vise à principalement à mettre un terme aux partages de fichiers de pair en pair lorsque ces partages se font en infraction avec les droits d’auteur ». Bien sûr, il s’agit de la version officielle.

Car en réalité, c’est une véritable chasse aux sorcières qui est orchestrée sur des motifs de sécurité nationale, de lutte contre le terrorisme et la pédophilie.

Fort heureusement pour les amoureux du net et des téléchargements de torrents, le chien n’est jamais (ou presque) sorti de sa cage.

Après avoir frôlé la disparition, le gardien des œuvres sur internet a récemment transmis à la justice une centaine de dossiers de ‘’pirates’’. Une chatouille à peine ; ce ne sont pas les techniques pour contourner Hadopi qui manquent…

Qu’est ce que Hadopi ?

En tant qu’instance de régulation, Hadopi est née sur la base de la loi n°2009-669 du 12 Juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet.

La loi Hadopi s’est aussi appuyée sur la directive européenne 2001/29/CE et la loi DADVSI qui protège les droits d’auteur sur internet. Elle a été enrichie par une autre loi appelée « Hadopi 2 » de Septembre 2009.

A l’origine, les « accords de l’Elysée » de Novembre 2007 signés par 46 entreprises et organisations représentant le monde culturel prévoyaient déjà :

  • Qu’il soit créé une autorité administrative qui s’occuperait de prévenir puis de sanctionner le téléchargement illégal en cas de récidives.
  • Que les fournisseurs d’accès internet s’engageaient déjà à couper ou à filtrer l’accès des clients suspects.

Ces accords ont vraisemblablement inspiré la création de l’ Hadopi. Pourtant, peu de temps après, des parties signataires comme Orange, Free et Numéricâble de concert avec Daily motion dénoncent les accords. Malgré quelques heurts au Sénat et à l’Assemblée, le texte est finalement adopté le 12 mai 2009.

Depuis lors, Hadopi officie en tant que protecteur des droits d’auteur sur internet. Elle se sert principalement d’une démarche informative et préventive qui vise non pas à stigmatiser mais à rappeler au citoyen ses droits et devoirs. Pour cela, l’autorité s’appuie sur un organigramme sérieux où les tâches sont déconcentrées.

Au sommet de la pyramide, on retrouve la présidente de l’institution assistée par le Secrétaire Général. Elle supervise directement l’activité du Collège, des Directions et de la Commission de Protection des droits.

hadopi-00A la date du 30 Avril 2014, Hadopi se vantait d’avoir repris sa marche en avant après avoir connu des périodes difficiles.

Au moyen de ses prétentions, elle affirme qu’elle a transmis à la justice française une centaine de dossiers de récidivistes notoires.

Quelle sera l’issue de cette procédure judiciaire ? Nul ne peut le dire encore.

Mais l’Autorité affirme aussi avoir envoyé au même moment 3 millions d’avertissements. De nombreux médias pensent que la stratégie d’ Hadopi commence à payer. Notre avis ? Le chien aboie plus qu’il ne mord.

Aujourd’hui, plus de 4 ans après sa mise en activité, la loi anti-téléchargement présente un bilan plutôt famélique. En attendant le rapport de 2014, celui de 2013 affichait :

  • 3 cas au tribunal malgré 12 millions d’euros de budget ;
  • 1,9 millions d’avertissements envoyés ;
  • Plus de 7 millions de demandes d’identification faites aux fournisseurs d’accès internet ;
  • La baisse de la consommation des biens culturels (CD DVD…) que pourtant Hadopi devait soutenir à tout prix.

Même si on décidait de ne pas tenir compte des chiffres, l’aspect qualitatif n’est pas reluisant non plus. Les ventes de disques et de films ont baissé sensiblement par rapport à certains pays qui n’ont pourtant pas l’équivalent d’ Hadopi chez eux. Comment mieux relativiser l’importance de cette institution qui n’est guère plus qu’un épouvantail ?

Un géant en argile ?

Depuis sa gestation, la loi Hadopi a connu de nombreux revers judiciaires. La loi Création et Internet prévoyait entre autres :

  • Des sanctions graduées allant de l’avertissement par courriel à la coupure de la connexion internet ;
  • Faire d’ Hadopi l’intermédiaire entre le fournisseur d’adresses IP et l’utilisateur frauduleux.

Ces dispositions ont été interdites par le conseil constitutionnel car déclarées contraires à la constitution nationale.
En mai 2008, le journal ‘’La Tribune’’ révèle au grand jour le projet de loi Hadopi confié en secret à la CNIL.

hadopiieAux yeux de tous, plusieurs points du projet font grief :

  • La perte avérée des revenus de l’industrie dû au partage de fichiers n’a pas été suffisamment démontrée ;
  • Hadopi pourrait, sans intervention judiciaire, accéder librement à des données personnelles d’utilisateur. Le Conseil constitutionnel a rejeté ce point et on comprend aisément ;
  • Hadopi pourrait également avoir accès aux données de trafic personnel, une véritable atteinte au respect de la vie privée;
  • Le projet n’établit pas clairement la délimitation entre la frontière de la vie privée et celle de la surveillance sur internet ;
  • L’avertissement par courrier n’est pas nécessaire ; Hadopi se réserve le droit de couper directement la connexion de l’utilisateur.

Le Journal dénonce avec véhémence l’arbitraire du projet et conclut que cette loi n’offre pas « les garanties nécessaires pour assurer un juste équilibre entre le respect de la vie privée et le respect des droits d’auteur ».

Le plus accablant dans la déroute d’ Hadopi, c’est que les artistes dont il défend les œuvres ne sont pas solidaires pour sa cause. Le magazine SVM a lancé une pétition à laquelle ont déjà souscrit plus de 50000 personnes y compris des artistes. Des célébrités comme Catherine Deneuve, Victoria Abril, Jean Douchet et d’autres ont manifesté leur opposition.

Mais en règle générale, les internautes ne sont convaincus ni de l’utilité de l’autorité anti-téléchargements, ni de son efficacité. Une enquête effectuée en 2009 par l’IFOP révèle que 6 internautes sur 10 rejettent cette mesure et ceux qui la trouvent inefficace sont encore plus nombreux.

Il paraît quand même surréaliste de voir des ‘’proies’’ narguer aussi ouvertement le ‘’prédateur’’. Comment cela s’explique t-il ?
Il ne faut pas chercher bien loin : sur 10 personnes qui pratiquent des téléchargements irréguliers en France, 8 ont un niveau technique conséquent.

Il ne leur a donc pas fallu longtemps pour prendre conscience des lacunes de l’ Hadopi. En effet, la seule technique d’identification dont elle dispose est celle de l’adresse IP et tout le monde sait qu’aujourd’hui, cette donnée n’est pas fiable. Une étude américaine l’a d’ailleurs clairement démontré.

Les techniques pour masquer son adresse IP sont légion de nos jours et c’est certainement ce qui conforte les ‘’téléchargeurs ’’de torrents.

 Quel est l’intérêt de contourner Hadopi ?

Déjà, personne ne pense à la prison en tentant de répondre à cette question, ce qui n’est pas si mal. Ce à quoi on pense par contre, c’est la possibilité de profiter d’une expérience internet fascinante de rapidité et de discrétion.

En clair, c’est le pouvoir de faire des téléchargements de torrents sans restrictions et sans crainte. Les outils comme les VPN (on y reviendra) permettent de surfer en dessous de tous les radars et de télécharger tout ce qu’on veut : torrents, musiques, livres, logiciels, images…

Parallèlement, la démocratisation de l’audiovisuel n’est pas venue avec la gratuité, pour voir les chaînes intéressantes, il faut prendre un abonnement payant.

La même technique qui permet de télécharger gratuitement des torrents, permet de regarder des chaînes du câble gratuitement. Surtout pour les séries télévisées qui ont le vent en poupe aux Etats-Unis, cette technique présente un gros avantage d’être parmi les premiers à les regarder.

Il est donc nécessaire, pour toutes ces raisons et pour d’autres encore, de naviguer sous anonymat. Plusieurs méthodes permettent d’y arriver même si celle des VPN est la plus usuelle. L’anonymat permet de :

  • Naviguer incognito ;
  • Echapper totalement à Hadopi et à ses programmes mouchards ;
  • Télécharger tous les torrents et tous les contenus que l’on souhaite, sans limite et sans crainte ;
  • Assurer la confidentialité de ses activités, de ses mails et prévenir la cybercriminalité.
Rang
Fournisseur
Prix
Site
no1
Hide My Ass
$  6.55
no2
Vypr VPN
$    6.48
no3
Nord VPN
$    5.75
no4
IP Vanish
$  6.49
no5
Express VPN
$  8.32

Piratage ou sauvegarde de son intimité ?

privacy-00La désobéissance à une mesure qui réprime les libertés est-elle punissable ? Quelle est la limite entre la loi et la liberté des personnes ? Manifestement, les instigateurs de Hadopi n’ont pas essayé de répondre à ces questions de droit avant de lâcher leur chien.

Mais les internautes et les autres acteurs concernés l’ont fait et sont arrivés à la conclusion que sur de nombreux points, la loi anti-téléchargements était une loi liberticide. Les vers sont d’ailleurs dans le fruit même.

Puisqu’il s’agit de débat juridique, la loi Hadopi ne sanctionne pas le téléchargement frauduleux mais plutôt la ligne qui a servi à le faire. Cette responsabilité du fait d’autrui est une véritable aberration car elle condamne tous les titulaires de lignes internet à jouer désormais aux vigiles et à devenir experts en informatique.

Si l’employé d’un restaurant utilise la ligne de son patron, non seulement c’est la faute et la responsabilité du patron mais c’est encore à lui de prouver le contraire. C’est d’un non-sens qui laisse perplexe. Heureusement, des solutions existent.

Toutes les solutions pour contourner Hadopi

C’est votre droit de vouloir télécharger des torrents pour suivre vos films et séries préférés. Il existe pour cela plusieurs manières de contourner Hadopi :

  • Les réseaux privés virtuels (VPN) : on a envie de s’arrêter là, tant cet outil résume bien toutes les aspirations de l’internaute : anonymat, fluidité, rapidité, débit impressionnant, téléchargements illimités quel que soit le pays…
  • Les newsgroups encryptés : pour moins de 15 euros, les newsgroups permettent de télécharger ce que l’on veut à très haute vitesse ;
  • Les réseaux peer to peer encryptés : les plus connus sont eMule et Bittorrent mais d’autres challengers moins connus comme Freenet ou ANTS semblent tenir aussi la distance ;
  • A la place du ‘’peer to peer’’, le ‘’friend to friend’’ : le F2F est réseau d’amis qui se partagent des fichiers en les cryptant. ‘’Open Swarm’’ est un logiciel open-source bien connu dans le domaine ;
  • Les sites de streaming : inutile de penser à Youtube ou à Dailymotion, ces sites sont surveillés comme des ogives nucléaires. Il existe plein d’autres sites qui fournissent le même service sans même demander un compte utilisateur.

 Focus VPN

vpn-00Compte tenu de l’environnement incertain d’internet aujourd’hui, le recours aux techniques de confidentialité des données n’est pas un luxe. Au contraire, c’est salutaire.

Le VPN est utile à crypter la connexion internet et l’identité de l’utilisateur. A l’heure actuelle, c’est le meilleur paravent contre la censure gouvernementale et les cybercriminels.

C’est aussi et surtout la meilleure option pour télécharger gratuitement et sans risques des torrents et fichiers divers.
Hidemyass a été élu meilleur service VPN tant par les internautes que par les experts.

Sur les talons du leader, on retrouve VyprVPN et NordVPN, deux concurrents poids lourds qui rivalisent d’ingéniosité dans leurs services. VyprVPN a la réputation d’être le VPN le plus rapide du marché et présente l’avantage de gérer directement les données de ses clients.

Sur la question du choix entre VPN payant et gratuit, il n’y a pas lieu de discourir autrement. Tous les VPN payants ne se valent pas mais valent mieux que les VPN gratuits.

Toutefois, les uns comme les autres, sous réserve de certaines conditions, permettent de télécharger des torrents à volonté. Seulement, le débit, la fluidité et la fiabilité des VPN gratuits laissent un peu à désirer pour une utilisation non ponctuelle.

Ce petit tour d’horizon d’ Hadopi a permis de mettre en lumière les faiblesses du géant qui peine à régir un univers trop grand et trop dynamique pour lui.

Pour une expérience internet illimitée permettant de télécharger sans crainte des torrents, les VPN sont la meilleure solution. Mais attention ! Choisissez bien votre fournisseur.

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.

Ce site est un seulement un site d'actualité et ne contient aucun lien torrent