KickAss Torrents : le P2P en péril

Depuis le 20 juillet 2016, la célèbre plateforme de partage en P2P, KickAss Torrents (KAT) est hors ligne. C’est l’arrestation d’Artem Vaulin (connu en ligne sous le pseudonyme de Tirm), un Ukrainien trentenaire, propriétaire supposé de la plateforme qui aura entrainé l’arrêt des activités du site et de ses différents miroirs.

La bataille entre KAT et les associations de défense des droits de la propriété individuelle et du copyright fait rage depuis des années.

Ce dernier rebondissement n’est que le plus récent d’une longue liste qui illustre bien les rapports pour le moins inamicaux qu’entretenait le site avec ces associations. Revisitons de plus près les évènements qui ont marqué le parcours du site depuis sa création.

KickAss Torrents : un démarrage en trombe

KAT est fondé en novembre 2008. Les serveurs du site sont à ce moment hébergés en Ukraine. Le site va devenir très rapidement assez populaire, enregistrant des millions de visiteurs chaque mois.

C’est les débuts d’une communauté d’utilisateurs qui resteront fidèles à la plateforme durant des années. En 2009, le site intègre la liste des plateformes de torrent les plus populaires, aux côtés de plateformes cultes telles que ThePirateBay et Demonoid.

Mais la popularité croissante du site va très vite le placer dans le collimateur des défenseurs des droits du copyright.

Kickass

Le début des hostilités

En aout 2010, KickAss Torrents n’est pas accessible pendant quelques jours. C’est le fruit d’une mise hors ligne du serveur central du site par son hébergeur de l’époque, Mhost. Aucune plainte formelle n’est à la base de cette fermeture.

L’hébergeur aurait réagi en réponse à une inquiétude du gouvernement local concernant les activités de la plateforme. Pour l’équipe de KAT, il est temps de déménager.

Le 21 avril 2011, après une succession de saisies de domaines par le Département de la Justice des États unis (DOJ) pour des sites tels que Demonoid et Torrentz, KAT passe au .ph(Philipines).

De plus, la pression d’organisations comme le MPAA, la RIAA ou l’USTR oblige le site à acquérir plusieurs domaines hors du territoire américain.

Les infractions au droit du copyright sont les principales raisons de cette chasse aux plateformes qui fera bien des victimes au fil du temps.

En mai 2012, la cour d’Italie ordonne aux fournisseurs d’accès internet de bloquer KickAss Torrents. Les investigations de la Guardia di Finanza (GdF) ont révélé que le site générait illégalement chaque année approximativement 8.5 millions de dollars.

L’importance du marché de la musique légale (30%) justifie selon les autorités ces actions pour empêcher la piraterie par les plateformes de partage en P2P.

Quelques mois plus tard, en 2013, c’est au tour des fournisseurs d’accès du Royaume-Uni. BT, O2, Be There et Virgin Media ont bloqué l’accès à trois des sites de torrent les plus populaires du moment (KAT, Fenopy et H33t).

Cette action va entrainer une prolifération impressionnante des proxys qui permettent d’accéder à ces plateformes. KAT changera de domaine et passera à l’extension .tt (le site reviendra au .ph à cause de problèmes techniques), rendant obsolète le blocage.

Ce blocage est principalement causé par le BPI, un collectif qui représente les intérêts de plusieurs labels importants.

Le .ph en péril, du changement chez KickAss Torrents

En juin de la même année, le site et des milliers de pages liées à KAT seront retirés du moteur Google suite à une demande du MPAA.

Les choses vont s’accélérer et en l’espace de 1 an (juin 2013 à juin 2014) le site sera successivement bloqué par les fournisseurs d’accès internet de Belgique, d’Irlande, de Malaisie, des Émirats Arabes Unis.

Le coup dur intervient quand les autorités des Philippines vont saisir le domaine en .ph de KAT. L’équipe passe alors au .to et au .so.

L’équipe de KAT décide de forcer le cryptage des données de ses utilisateurs pour sécuriser l’accès à la plateforme.
En 2015, les choses se corsent.

Le registre TLD de Somalie bloque le domaine en .so de KAT. Le site passera alors au .im, mais ce domaine sera bloqué sous 24h.

Le site se tournera alors vers le .cr pour continuer ses activités. Le site va quelque temps plus tard littéralement disparaitre des résultats de recherche du moteur Google.

L’adresse officielle du site n’y est plus présente et c’est plutôt des redirections vers des pages contenant des programmes malicieux que l’on y trouve.

C’est ensuite aux célèbres navigateurs Chrome et Firefox de bloquer la plateforme. Lorsqu’on tente d’y accéder, on est redirigé vers une page à fond rouge qui indique que le site contient des programmes malicieux.

Bien que l’équipe de KAT affirme que le problème sera résolu, il persiste. Si la bannière d’avertissement disparait et que le site est accessible normalement pendant quelques heures, elle refait inévitablement son apparition peu après.

En janvier, la plateforme est victime d’une attaque par DDoS qui la rend inaccessible. Ce problème n’est pas nouveau et l’équipe de KAT parvient à le résoudre.

KickassTorrents-Blocks-Some-Proxies-in-Ads-Dispute-2

2016 : l’année noire de KAT

En 2016, l’équipe de KickAss Torrents va faire face à une multitude de problèmes. BREIN, l’organisation Anti-Piraterie hollandaise va commencer à prendre les uploaders de KAT pour cible. Ceux qui se font repérer paient des amendes s’élevant parfois jusqu’à 12500€.

Avril 2016, Chrome, Firefox et maintenant Safari commencent à bloquer activement le site. À présent bien connue, la bannière d’avertissement rouge refait son apparition.

Des plaintes sont lancées en justice contre KAT, notamment en Finlande et en Australie. Le site va alors officiellement passer sur le réseau Tor célèbre pour aider à conserver l’anonymat.

Mais cela n’empêchera pas le site de devoir supprimer en juin plus de 55.000 torrents suite à des demandes DMCA portant le total des torrents supprimés par le site à plus de 1.200.000.

Le 20 juillet 2016, Artem Vaulin, propriétaire présumé de KAT est arrêté en Pologne. La justice des USA émet un mandat d’extradition contre sa personne pour qu’il réponde de ses actes.

Il est accusé d’avoir lancé et géré la plus grande plateforme de partage illégal en P2P du monde. Plusieurs preuves (mails, comptes bancaires liés à KAT, serveurs, achats de domaines…) sont rapidement réunies contre lui.

Son arrestation va ralentir les activités de la plateforme et le site devient inaccessible. Il est défendu par Ira Rothken qui défend aussi Kim Dotcom et ses associés.

Même si plusieurs proxys et contrefaçons du site sont disponibles quelques heures après son arrestation, il est fort peu probable que le site nous fasse assister à une résurrection à la façon de l’hydre du monde du P2P (ThePirateBay). Serait-ce la fin d’une des plateformes de partage les plus populaires et les plus rentables ?

Pronostics sur KAT.

La communauté des utilisateurs de KickAss Torrents est toujours active. Même si les partages de fichiers .torrent ne sont plus de mise, l’esprit de partage et la solidarité sont encore d’actualité.

Et s’il est très peu probable, vu la surveillance intensive des organes de lutte contre la piraterie des États-Unis que KAT refasse surface, ce n’est cependant pas impossible. Espérons pour le plaisir des amateurs de torrents que KAT renaisse de ses cendres. Dans tout les cas de figure , nous vous recommendons de toujours protéger vos communications avec un VPN tels que Hidemyass , VyprVPN ou NordVPN

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.

Ce site est un seulement un site d'actualité et ne contient aucun lien torrent